Tanagras féeriques 1999

 

J. LÖRINC
Phénix 1999
1° Prix

s#32 (1+1)
(mat inverse en trente-deux coups)

Echecs à Sens Unique (One-Way)
Case obligatoire blanche : a2, b3, ç3, ç6, d3, d5, é3, é4, é6, f3, f5, f6, g3, h3, h4
Case obligatoire conséquente blanche : g8
Case obligatoire noire : a3, a4, b5, ç1, ç5, d1, d2, d4, é5, f4, g2, g4, g6, g7, h1, h2, h5
Case obligatoire conséquente noire : é1, f7

 

Premier Prix : Juraj LÖRINC
L’oeuvre la plus ambitieuse, la plus originale et la plus remarquable de l’année. J’ai été très impressionné par le jeu de cache-cache incessant des deux Rois - à celui qui sera le plus malin. Je pense que ce tanagra donne tout ce que l’on attend d’un grand tanagra : un brin de folie dans un monde (les poids légers) où tout est permis : ici l’auteur n’a besoin que de deux pièces, une forêt (un labyrinthe ?) de quatre catégories de cases bizarres et une condition peu usitée, semble-t-il limitative ; l’imagination et le talent feront le reste : changement de trait, triangulation, zugzwang, domination sont des thèmes propres aux étudistes qui pourraient nous servir pour définir les points forts de ce problème vraiment étonnant.

La première phase du problème consiste à perdre un tempo. Cette manoeuvre va prendre pas moins de 18 coups :
1.Rb3! Rb1 2.Rç3 Rç1 3.Rd3 Rd1 4.Ré4 (4.Ré3? Ré1 5.Rf3 Rd2! : le Roi noir se sauve), 4…Ré1 (la case é1 est prioritaire par rapport à la case d2), 5.Ré3 Rf1 6.Rf3 Rg1 7.Rg3 Rh1 8.Rh4! (8.Rh3? et les Noirs sont pat), 8…Rh2,Rg2 9.Rh5! (9.Rg5? puis 10.Rf6 ou 10.Rf5 et le Roi blanc est obligé de partir du mauvais côté par é6 et perd beaucoup trop de temps, car l’objectif des Blancs est de venir en g3 (ou h3) pour rompre la ronde infinie du Roi noir h2-g2-h1), 9…Rg2,Rh2 10.Rg4 Rh1 11.Rh3!! (surtout pas 11.Rg3? … 16.Rb3 Rd2! et le Roi noir se sauve), 11…Rg1 12.Rg3 Rf1 13.Rf3 Ré1 14.Ré3 Rd1 15.Rd3 Rç1 16.Rç3 Rb1 17.Rb3 Ra1 18.Rç2!! : on retrouve la position initale mais le trait a changé de camp.
La deuxième phase du problème consiste à amener le Roi blanc en f8 pour se faire mater par Rf7 :
18…Ra2 19.Rd3 Ra3 20.Rç3!! (si 20.Ré4? Ra4 21.Rf5 Rb5 22.Rf6 Rç5 23.Ré6 Rd4 24.Rf5 forcé, 24…Rd3! et le Roi noir se sauve), 20…Ra4 21.Rb2 Rb5 22.Ra2 (non 22.Rb3? et 23.Ra2!), 22…Rç5 23.Rb3 Rd4 24.Ra4 Ré5 25.Ra5 Rf4 26.Ra6 Rg4 27.Ra7 Rh5 28.Rb8 Rg6 29.Rç8 Rf7 30.Rd8 (la case obligatoire blanche sert à empêcher les duals en interdisant l’accès au Roi blanc des cases b5, b6, b7, ç7, d7 sous peine de Rç6 qui forcerait le Roi blanc à repartir dans la sarabande des cases obligatoires), 30…Rg7 31.Ré8 Rg6 32.Rf8 Rf7# : au 33˚ coup, le Roi blanc serait forcé de jouer en g8, le Roi noir n’est donc pas en échec.
(Juge : Laurent Riguet)